Vers une nouvelle ère des paiements

Vers une nouvelle ère des paiements

07/06/2019 Fintech

 

Le secteur mondial des paiements est en pleine mutation et doit conjuguer sécurité, transparence et efficacité. Les progrès technologiques, l'évolution de la réglementation et la concurrence croissante ont vu l’émergence des Fintech qui sont en train de  progressivement révolutionner le secteur des services financiers. De leur côté, les consommateurs ont des attentes auxquelles doivent répondre ces services : ils doivent être non seulement sécurisés, rapides et faciles à utiliser, mais aussi flexibles et personnalisés.

La vente en ligne, aujourd’hui bien ancrée dans les moeurs, doit son formidable  essor aux paiements électroniques. Selon les statistiques 2017 de la Banque centrale européenne (BCE), le volume total de paiements autres qu'en espèces - tous services de paiement confondus - a atteint 134 milliards € en 2017 dans l'UE, soit une hausse de 7,9 % par rapport à l'année précédente. Les paiements par carte représentent 52 % de l'ensemble des transactions, les virements 24 % et les prélèvements 19 %. Fin 2018, le nombre de commandes en ligne à partir d’un smartphone étaient quasi équivalent à celui des commandes passées via un ordinateur.

 

Quel avenir pour les cartes bancaires ?

Les Européens ont plus que jamais recours aux cartes pour effectuer leurs transactions. Il s’agit de l’un des moyens les plus sécurisé pour transférer de l’argent. Depuis peu, il est même possible de payer “sans contact”. Si votre carte bancaire présente un pictogramme avec 4 petites ondes radio, il vous suffit de l’approcher du terminal compatible affichant ces 4 mêmes ondes pour exécuter le paiement, du moins si votre ticket ne dépasse pas 25 €. Mais d’autres solutions se profilent à l’horizon. Le mobile, l’outil tout en un !

Les transactions bancaires s’installent de plus en plus sur nos smartphones, ordinateurs et tablettes. Il est d’ores et déjà possible d’effectuer des achats en utilisant son mobile de la même manière que l’on utilise sa carte bancaire. Il suffit de présenter son appareil à proximité d’un terminal de paiement. En l’occurrence, Google Pay et Apple Pay sont des  applications mobiles permettant aux utilisateurs de payer ainsi avec leur smartphone après y avoir enregistré leurs numéros de cartes de crédit et de débit. Si ce mode de paiement est encore assez limité aujourd’hui, tout laisse à penser que lorsque plus de commerçants seront équipés de ces appareils, nos mobiles deviendront notre nouvelle carte bancaire. Lancée en 2004 par Ant Financial et Alibaba Group sur le marché chinois, la solution de paiement sur internet Alipay compte aujourd’hui 1 milliard d’utilisateurs actifs répartis dans 36 pays et régions en dehors de la Chine, dont 10 pays en Europe.

 

Les paiements instantanés aussi rapides que l'argent comptant

De plus en plus de consommateurs plaident également pour que leurs paiements soient effectués en temps réel et préfèrent payer avec Payconic, Paypal, iDeal, QR codes, e-wallets, Tikkie, Pengo, etc. Afin de concurrencer les géants numériques tels que Google, Amazon, Apple ou encore Alibaba qui s'installent sur le marché des services de paiement, la Banque centrale européenne a inauguré fin 2018 son service de règlements de paiement instantané paneuropéen baptisé TIPS ("Target Instant Payment Settlement"). TIPS permettra à chacun de transférer de l'argent via un smartphone, une tablette ou un ordinateur en moins de 10 secondes. Une enquête de la BCE révèle que quelques 10 millions de paiements instantanés pourraient se faire par jour en zone euro d'ici à 5 ans, soit environ 10% des transactions effectuées aujourd'hui à l'aide de cartes de paiement.

Les paiements instantanés peuvent se faire entre particuliers (amis, membres de la famille), entre entreprises (BtoB), ou vers un commerçant, une administration ou un service public. En fonction des solutions développées par les banques connectées à TIPS, ou en partenariat avec des Fintech, il sera même possible d'envoyer de l'argent vers un simple numéro de téléphone ou une adresse email qui servirait d'équivalent de l'Iban. Cette innovation concerne uniquement l’euro pour l’instant mais pourra plus tard s’étendre à d’autres monnaies émises par les pays membres de l'Union européenne.  

 

Le porte-monnaie électronique

Est-ce bientôt la fin des pièces de monnaie et des billets de banque ? L’E-wallet ou porte-monnaie électronique se répand lentement mais sûrement. De quoi s’agit-il ? C’est un un dispositif de paiement lié directement à une application de téléphone mobile, à une adresse mail ou encore à un numéro de téléphone, et qui permet de stocker de l’argent et donc d'effectuer des transactions commerciales électroniques sans avoir besoin d'un compte bancaire, simplement en utilisant son ordinateur ou son smartphone. Ces "portefeuilles numériques" pourraient bien remplacer à terme les portefeuilles physiques.

Des acteurs comme Moneytrans permettent de transférer quasi instantanément de l’argent électronique en cash, au départ d’une application mobile.

 

Les paiements par commande vocale

Les méthodes d'apprentissage automatique (Machine Learning) et de traitement du langage naturel permettent de développer des robots vocaux intelligents : les voicebots. Des boutiques en ligne commencent déjà à être  en contact avec les consommateurs 24h/24 et 7j/7 grâce aux voicebots. Il suffira d’y ajouter une option de paiement par reconnaissance vocale pour simplifier encore le processus.

 

"Smile to pay” : souriez et c’est payé

"Smile to pay” est le nom de la fonctionnalité qu’Alibaba a mise en place en Chine dans plus de 300 restaurants de la chaîne de fast food KFC.  Le principe est simple : pour valider un achat sur la borne de self service du restaurant, il suffit de sélectionner son compte Alipay et de se tenir face à une caméra 3D qui balaye plusieurs points de contrôle sur le visage du client pour l’authentifier. La transaction de paiement est validée dès l’encodage du numéro de mobile.

 

Payer la bague au doigt

La Fintech britannique Kerv a mis au point une bague de paiement sans contact et étanche. Elle permet à tous ceux qui ne veulent pas s’encombrer d’un sac ou d’un portefeuille, de pouvoir payer facilement en touchant le terminal de paiement adapté avec la bague. Finis les cartes, codes, comptes bancaires ou smartphones. Les K-Wearables - c’est le nom de ces bagues - s’utilisent partout dans le monde où le symbole sans contact apparaît. Pas besoin de les charger ou de les coupler avec un autre appareil.

 

... ou par un simple autocollant  

C'est une innovation de Visa. En approchant sa main doté d’un minuscule autocollant muni d’une puce électromagnétique, le client est repéré par le terminal de paiement qui détecte la puce. La transaction de paiement est alors validée. La prochaine étape ? La puce sous-cutanée. Réalité ou science-fiction ?

 

La société sans numéraire est en route

Dans plusieurs pays, la société sans numéraire est déjà devenue une réalité. En Suède par exemple, seulement 0,5 % de toutes les transactions sont effectuées en espèces. La Corée du Sud s'est fixé l'objectif d'une société sans monnaie d'ici à 2020. Et la BCE a déjà arrêté la production des billets de 500,00 €.

Article liés

Les données, levier de croissance

Les données sont le moteur de la révolution numérique qui touche tous les secteurs d’activité. Et la finance ne fait pas exception à la règle. Auparavant,...

Lire la suite

La finance participative en plein boom

​​​​​Selon Forbes, en 2023, le marché mondial de la finance alternative pourrait atteindre le cap des 500 milliards d’euros de collecte par an. Le secteur...

Lire la suite

Crédit aux entreprises : nouveaux records

Le contexte européen Baisse de la demande de crédits en Belgique Hausse en France Emprunter, à quel taux ? Financement à l’étranger Le crowdlending,...

Lire la suite

L’IA : la révolution 4.0

La première révolution industrielle a marqué l’avènement de la machine à vapeur et la deuxième, celui de l’électricité et de la production de masse. La...

Lire la suite

Smartphones, réalité virtuelle et chatbots : le commerce du futur

Internet a transformé de nombreux aspects de notre vie : de nos interactions personnelles à nos modes de travail, de pensée, … et bien évidemment d’achat....

Lire la suite

Fintech : vers de nouveaux records d’investissement ?

2019 s’annonce déjà comme un grand cru pour l'écosystème mondial de la Fintech, avec des développements importants allant de la montée en puissance de...

Lire la suite

Money 20/20 : Interview de Frédéric Levy Morelle

Money 20/20 est l’événement européen incontournable pour les entreprises actives dans la sphère financière et technologique. Frédéric Lévy Morelle, CEO...

Lire la suite

Compliance : quels enjeux pour les Fintech ?

PSD II - Payment Services Directive II AML V - Anti-Money Laundering V MIFID II - Markets in Financial Instruments Directive II KYC - Know your...

Lire la suite

Le cadre réglementaire du crowdfunding

Les défis européens ? Bientôt un statut européen En attendant, quelle législation pour la Belgique ? Quel plafond ?   Le crowdlending...

Lire la suite

Money20/20 : le plus grand événement Fintech d'Europe est de retour à Amsterdam

L'ensemble des acteurs du secteur des paiements, de la Fintech et des services financiers sera réuni les 3, 4 et 5 juin prochains à Amsterdam pour cette...

Lire la suite

La Fintech : la solution pour l'inclusion financière?

Les enjeux de l’inclusion financière ? Quel rôle pour les Fintech ?   Selon des études menées par la Banque mondiale, la moitié de la...

Lire la suite

DDI : l’innovation grâce aux données

La base : les « Big Data » Innover, mais en quels termes ? Et que dire de l’« open data » ?   A l'ère de l'information numérique, la...

Lire la suite

La révolution du secteur financier

La métamorphose des banques Digitalisation des services bancaires Le robot : le banquier du futur ? Agrégation, agilité, expérience client : les...

Lire la suite

Fintech 2019 : quelles sont les principales tendances ?

DSP2, open banking et paiement dématérialisé Qu’en est-il du crowdlending ? Look&Fin : une croissance de 85% attendue Insurtech : vers de...

Lire la suite

Le bitcoin, l’avenir du crowdlending ?

Créé en octobre 2008 par Satoshi Nakamoto (longtemps resté anonyme et dont l’identité n’est toujours pas confirmée aujourd’hui), le Bitcoin a bientôt 10...

Lire la suite

Crowdlending et Blue Economy ?

Quel lien existe entre le carton gratuit et le caviar ? Pour bien nourrir un esturgeon, il faut des lombrics qui coûtent très cher. En effet, un...

Lire la suite

Le crowdlending, un effet de mode ou une vraie classe d’actifs ?

Ceux qui pensent que le financement participatif se limite à un effet de mode pourraient bien se tromper.   Non seulement le marché...

Lire la suite

Agréé FSMA

Look&Fin est immatriculé en tant que Plateforme de Financement Alternatif

Membre fondateur

Membre