Les secteurs “gagnants” et “perdants” de la crise sanitaire

Les secteurs “gagnants” et “perdants” de la crise sanitaire

11/09/2020 Fintech & Marché

Le baromètre mensuel publié début septembre par la Banque nationale de Belgique sur la conjoncture économique montre que notre économie se redresse pour le quatrième mois consécutif. Cependant, le paysage n’est pas simple à analyser et les points de vue sont aussi nombreux que contradictoires, ce qui ne simplifie pas les analyses prévisionnelles. La plupart des experts parlent toutefois d’une “reprise en K” caractérisée par un double mouvement antagoniste : d’une part des secteurs qui reprennent le chemin de la croissance et, d’autre part, des secteurs qui continuent à s’enfoncer avec régularité.

Une disparité des secteurs d’activité en termes de reprise

Comme on peut s’y attendre, une différence notable entre les différentes branches d’activité est observée. Selon une étude (20.700 entreprises interrogées) de SD Worx (le groupe de gestion des ressources humaines et des salaires), une série de secteurs semble se montrer très résiliente dans cette conjoncture économique. C’est le cas des télécoms, des services informatiques et logiciels ainsi que de la banque et des assurances. Les secteurs qui bénéficieraient légèrement de la crise sanitaire seraient le commerce de gros et de détail, les grandes entreprises de transport, les services administratifs et de soutien et la santé. Les technologies de l’information et la finance tiennent aussi bien le coup.

Selon la BNB, le climat des affaires s’est aussi amélioré dans l’industrie manufacturière et dans les services aux entreprises. Les chefs d’entreprise de ce secteur ont un regard plus positif sur la situation actuelle en raison d’une augmentation de la demande et de leur carnet de commandes. Ils s’attendent également à ce que l’emploi continue à progresser dans les trois prochains mois.

Le commerce en ligne et l’alimentaire sont quant à eux les grands gagnants de la crise sanitaire. De janvier à juin 2020, le chiffre d’affaires du e-commerce en Belgique a bondi de 30%, alors que l’Europe enregistre une hausse de 20% sur cette même période. Le commerce alimentaire, dont la grande distribution notamment, a enregistré une hausse de 9% sur cette période. Enfin, le secteur pharmaceutique connaît également une hausse de sa production de 15% en Belgique au premier semestre 2020.

Les secteurs les plus touchés par la crise

Sans surprise, le secteur des arts, spectacles et services récréatifs reste le plus touché par la crise. Un effondrement du chiffre d’affaires de 81% par rapport à la normale est encore évoqué. Les raisons de cette diminution sont liées à l’interdiction encore formelle de certaines activités et la frilosité du public à reprendre le chemin des événements et salles de spectacle.

Avec une baisse du chiffre d’affaires de 42% par rapport à la normale (contre une baisse de 50% à la fin juin), l’horeca est le second secteur le plus touché. Bien qu’on constate un impact positif sur le chiffre d’affaires avec la réouverture des bars et restaurants en juin, une faible demande persiste. Les règles sanitaires et de distanciation sociale ne viennent pas en aide au secteur.

Cependant, SD Worx a noté que l’emploi a augmenté en juillet dans l’horeca, ce qui pourrait s’expliquer par le fait que ce secteur revient de très loin. Le même phénomène apparaît pour les arts et la culture.

D’après l’Echo, la construction automobile a quant à elle enregistré une chute de 34% de son activité et le bâtiment a enregistré une baisse de 13,6% au premier semestre.

Sans surprise également, le secteur du tourisme aurait enregistré une chute d'environ 40% en Belgique au premier semestre 2020, avec le triste record pour le transport aérien qui affiche une baisse de 72%.

Enfin, le secteur de la construction souffrirait temporairement d’une contraction du carnet de commandes et d’une utilisation en baisse des matériaux. Une hausse de la demande étant anticipée dans les 3 prochains mois.

Agilité et innovation pour sauver nos entreprises ?

Les différentes activités mentionnées précédemment sont des secteurs sur lesquels Look&Fin se penche régulièrement dans le cadre des analyses de demandes de financement.

En effet, l’analyse d’un secteur est un indicateur à prendre en compte et sur lequel il faut se pencher avec toute la rigueur nécessaire. En fonction du secteur d’activité dans lequel la PME opère, certains documents supplémentaires sont ainsi demandés afin de compléter le dossier. En effet, Look&Fin a mis en place des procédures de ‘check up’ en fonction du secteur d’activité. Cela peut se matérialiser par exemple en analysant la marge de manoeuvre d’une entreprise sur ses prix de vente afin d’évaluer sa résistance en cas de hausse des cours d’une matière première.

Face à la constante évolution du contexte économique, le travail de nos analystes consiste aussi à évaluer la capacité d’une entreprise à être agile sur son marché, à saisir les opportunités qui se présentent ou à se repositionner. C’est en effet cette capacité à s’adapter dans un environnement changeant qui va lui permettre de se développer ou encore de renouer avec la croissance.

Dans le contexte actuel, nos procédures de gestion des risques ont donc été adaptées et renforcées. Au-delà de l’approche d’analyse sectorielle, notre équipe d’analystes passe au crible près de 200 indicateurs comme l’évolution du chiffre d’affaires, les ratios de rentabilité, d’endettement et de solvabilité ou bien encore les capacités d’autofinancement de l’entreprise. Nous intégrons également dans nos contrats de prêt avec les emprunteurs un certain nombre de covenants, c’est-à-dire des clauses visant à limiter les risques et à garantir les droits des prêteurs.

*sources BNB / BECI / L’Echo / SD Worx

Articles liés

Look&Fin intègre le classement du Deloitte Technology Fast 500 Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA)

La plateforme occupe le 311ème rang et le 36ème rang en tant que Fintech. Les Fintech, positionnées sur un segment de marché en plein essor, monopolisent...

Lire la suite

Partenariats privés-publics : investir dans des projets citoyens

 “ PPP “, kesako ?  L'abréviation ne vous est peut-être pas familière mais il s’agit en fait de partenariats publics-privés. En période de déficits...

Lire la suite

Banque et fintech : vers de nouvelles alliances

Comme chaque année, fin janvier, Paris a accueilli la grand-messe de la finance digitale et de la fintech. Plus de 2 700 participants étaient réunis autour...

Lire la suite

2020 : légère embellie des perspectives économiques

En 2019, l’économie mondiale a connu une croissance de 3% à peine, soit son rythme le plus lent depuis la crise financière mondiale de 2008. Le FMI anticipe...

Lire la suite

Les success stories financées par le crowdlending

Le crowdlending permet de financer tous les types de besoin, du fonds de roulement (BFR) à la croissance externe en passant par les investissements immobiliers....

Lire la suite

Les données, levier de croissance

Les données sont le moteur de la révolution numérique qui touche tous les secteurs d’activité. Et la finance ne fait pas exception à la règle. Auparavant,...

Lire la suite

La finance participative en plein boom

​​​​​Selon Forbes, en 2023, le marché mondial de la finance alternative pourrait atteindre le cap des 500 milliards d’euros de collecte par an. Le secteur...

Lire la suite

Crédit aux entreprises : nouveaux records

Le contexte européen Baisse de la demande de crédits en Belgique Hausse en France Emprunter, à quel taux ? Financement à l’étranger Le crowdlending,...

Lire la suite

L’IA : la révolution 4.0

La première révolution industrielle a marqué l’avènement de la machine à vapeur et la deuxième, celui de l’électricité et de la production de masse. La...

Lire la suite

Smartphones, réalité virtuelle et chatbots : le commerce du futur

Internet a transformé de nombreux aspects de notre vie : de nos interactions personnelles à nos modes de travail, de pensée, … et bien évidemment d’achat....

Lire la suite

Fintech : vers de nouveaux records d’investissement ?

2019 s’annonce déjà comme un grand cru pour l'écosystème mondial de la Fintech, avec des développements importants allant de la montée en puissance de...

Lire la suite

Vers une nouvelle ère des paiements

Quel avenir pour les cartes bancaires ? Les paiements instantanés aussi rapides que l'argent comptant Le porte-monnaie électronique Les paiements...

Lire la suite

Money 20/20 : Interview de Frédéric Levy Morelle

Money 20/20 est l’événement européen incontournable pour les entreprises actives dans la sphère financière et technologique. Frédéric Lévy Morelle, CEO...

Lire la suite

Compliance : quels enjeux pour les Fintech ?

PSD II - Payment Services Directive II AML V - Anti-Money Laundering V MIFID II - Markets in Financial Instruments Directive II KYC - Know your...

Lire la suite

Le cadre réglementaire du crowdfunding

Les défis européens ? Bientôt un statut européen En attendant, quelle législation pour la Belgique ? Quel plafond ?   Le crowdlending...

Lire la suite

Money20/20 : le plus grand événement Fintech d'Europe est de retour à Amsterdam

L'ensemble des acteurs du secteur des paiements, de la Fintech et des services financiers sera réuni les 3, 4 et 5 juin prochains à Amsterdam pour cette...

Lire la suite

La Fintech : la solution pour l'inclusion financière?

Les enjeux de l’inclusion financière ? Quel rôle pour les Fintech ?   Selon des études menées par la Banque mondiale, la moitié de la...

Lire la suite

DDI : l’innovation grâce aux données

La base : les « Big Data » Innover, mais en quels termes ? Et que dire de l’« open data » ?   A l'ère de l'information numérique, la...

Lire la suite

La révolution du secteur financier

La métamorphose des banques Digitalisation des services bancaires Le robot : le banquier du futur ? Agrégation, agilité, expérience client : les...

Lire la suite

Fintech 2019 : quelles sont les principales tendances ?

DSP2, open banking et paiement dématérialisé Qu’en est-il du crowdlending ? Look&Fin : une croissance de 85% attendue Insurtech : vers de...

Lire la suite

Le bitcoin, l’avenir du crowdlending ?

Créé en octobre 2008 par Satoshi Nakamoto (longtemps resté anonyme et dont l’identité n’est toujours pas confirmée aujourd’hui), le Bitcoin a bientôt 10...

Lire la suite

Crowdlending et Blue Economy ?

Quel lien existe entre le carton gratuit et le caviar ? Pour bien nourrir un esturgeon, il faut des lombrics qui coûtent très cher. En effet, un...

Lire la suite

Le crowdlending, un effet de mode ou une vraie classe d’actifs ?

Ceux qui pensent que le financement participatif se limite à un effet de mode pourraient bien se tromper.   Non seulement le marché...

Lire la suite

Agréé FSMA

Look&Fin est immatriculé en tant que Plateforme de Financement Alternatif

Membre fondateur

Membre