MiFID : une directive pour protéger les investisseurs

MiFID : une directive pour protéger les investisseurs

29/03/2019 Placement

C'est en 2007 qu’est entrée en vigueur la première directive européenne MiFID  (Markets in Financial Instruments Directive), dans le but d’améliorer la protection des investisseurs. Mais la crise financière de 2008 a mis en lumière le manque de transparence et la complexité des marchés financiers. Cela a été le point de départ de MiFID II, qui renforce les règles en matière de vente de produits d’investissement complexes, d’adéquation des produits avec le public cible et de transparence des coûts. L’objectif ? Offrir aux investisseurs plus de protection et de transparence à la fois sur les produits et sur les coûts qu’ils devront supporter.

MiFID II : cap sur des frais bancaires transparents

Les produits concernés par MiFID II sont notamment les actions, obligations, fonds d’investissement, produits structurés et dérivés. La directive s’applique également à la fourniture de conseils concernant ces produits. MiFID II oblige désormais les gestionnaires de fonds à publier la totalité des frais. Selon Gina Miller, co-fondatrice de l'entreprise d'investissement britannique SCM Direct et militante de la transparence bancaire, le secteur financier s’inquiète de cette obligation de transparence des frais promise par MiFID II. Elle précise: “Les gestionnaires sont très inquiets, et à raison, car les clients fidèles qui pensaient payer de 1 à 1,5% de frais découvriront bientôt qu’ils paient 2,5% pour un produit qui n’a pas changé”.

La directive MiFID II ne devrait toutefois pas nécessairement faire baisser les frais de gestion pour les clients. En revanche, les gestionnaires devront davantage justifier leur valeur ajoutée. Il ne s’agit pas uniquement de frais, mais d’un équilibre entre les frais, le rendement et les risques.

Le crowdlending : transparence et gratuité

En termes de transparence, les plateformes de crowdlending n’ont pas attendu la directive MiFID II pour garantir une transparence complète quant au coût des services offerts. Les coûts à supporter soit par les Emprunteurs soit par les Investisseurs (les Prêteurs) sont clairement définis. De plus, la plupart des plateformes offrent des services d’investissement complètement gratuits aux investisseurs.   

Article liés

Comment réinventer la banque ?

Incertitudes conjoncturelles sur fond de tensions commerciales, taux durablement bas, contraintes réglementaires renforcées, mutation technologique sans...

Lire la suite

Le financement obligataire participatif : outil de financement des PME

Premières créatrices d’emplois, les PME jouent un rôle fondamental dans l'économie. Les conditions de leur développement et de leur financement sont donc...

Lire la suite

1.000 milliards prêtés aux entreprises à taux négatif

Voilà une dizaine d’années que les taux d’intérêt ont enclenché une spirale baissière dans la quasi-totalité des pays industrialisés. Et depuis peu, les...

Lire la suite

Comment éviter l’érosion de votre épargne ?

Les obligations d’état plongent Rentabilité et sécurité Investir en bourse : une solution? Le prêt à capital assuré : le rendement sans la volatilité   En...

Lire la suite

Le crowdlending, un placement non garanti par l’Emprunteur?

Le crowdlending, un placement non garanti par l’Emprunteur ? Pas toujours. La plateforme Look&Fin propose trois types de prêt :   les...

Lire la suite

Quel rendement pour vos investissements ?

Les actions sont les plus performantes sur le long terme Le marché boursier américain surperforme Qu’en est-il de la Belgique ? Quelles perspectives...

Lire la suite

2019 : quelles sont les prévisions économiques ?

L’année 2019 démarre sous le signe de l’incertitude pour les investisseurs. Face à un contexte économique qui reste...

Lire la suite

Inédit : des dossiers à capital assuré !

En partenariat avec Atradius, un des leaders mondiaux de l'assurance-crédit, nous sommes heureux de vous annoncer la naissance sur...

Lire la suite

Diversifiez vos prêts !

« Ne placez pas tous vos œufs dans le même panier ». Cet adage est d’autant plus vrai en crowdlending. Pourquoi ? Parce qu’en diversifiant votre portefeuille...

Lire la suite

Comment sont fixés les taux d’intérêts ?

Lorsqu’une entreprise sollicite un financement sur lookandfin.com, c’est tout un ensemble d’éléments qui sont examinés par les analystes. C’est au cours...

Lire la suite

Le crowdlending n’est pas concerné par la nouvelle taxe sur les comptes-titres

La nouvelle taxe sur les comptes-titres a été mise en place par le Fédéral. Au delà de 500.000 EUR, une taxe de 0,15%...

Lire la suite

Le bitcoin, l’avenir du crowdlending ?

Créé en octobre 2008 par Satoshi Nakamoto (longtemps resté anonyme et dont l’identité n’est toujours pas confirmée aujourd’hui), le Bitcoin a bientôt 10...

Lire la suite

Tax shelter nouvelle formule : du mieux mais toujours à côté de l'essentiel

Carte Blanche par Frédéric Lévy Morelle, fondateur et CEO de Look&Fin, dans L'écho du 24 novembre 2017 Le Tax shelter nouvelle formule élargit la...

Lire la suite

Procédure de recouvrement : 4 méthodes

Durant toute la période de remboursement notre équipe Credit Success accompagne les Emprunteurs et s’assure du respect de leur échéancier et de leurs obligations...

Lire la suite

Le crowdlending, un effet de mode ou une vraie classe d’actifs ?

Ceux qui pensent que le financement participatif se limite à un effet de mode pourraient bien se tromper.   Non seulement le marché...

Lire la suite

Les épargnants belges pénalisés

Cette semaine la Banque Nationale de Belgique et l’économiste Eric Dor ont calculé que l’épargnant belge est celui qui...

Lire la suite

Lookandfin présente le crowdlending au JT RTBF du lundi 29 août 2016

Transcription: F.D.B. : Alexandre Kalantarian est un investisseur heureux. Sur une dizaine de placements, il revendique 10 à 11% d'intérêt. Alexandre...

Lire la suite

Agréé FSMA

Look&Fin est immatriculé en tant que Plateforme de Financement Alternatif

Membre fondateur

Membre